Agia Roumeli est un petit village hors du commun où mer et montagnes s’épousent.

Situé au bas de la gorge de Samaria, il n’est pas relié par la route, ce qui lui donne un charme tout particulier et se prête donc à un séjour de détente, loin du bruit et de l’animation des villes.

Les bains de mer et diverses randonnées en montagne de différents niveaux de difficulté vous seront offertes.

Il y a possibilité de se rendre sur des plages voisines en suivant les sentiers de randonnée ou en kayak ou SUP que nous pourrons mettre à votre disposition.

Agia-Roumeli est relié quotidiennement par ferry boat depuis Hora-Sfakion (Sfakia)-Loutro et Paleochora-Sougia.

Pour qui désire se déconnecter du stress quotidien, Agia-Roumeli est l’endroit idéal pour se retrouver près de la nature et en profiter au maximum.

 

  Un brin d’histoire 

Le village d’Agia-Roumeli est construit sur les ruines de lancienne Tarra, une des 100 cités dont nous parle Homère et connue pour son oracle.

Tarra était une petite cité indépendante qui produisait sa propre monnaie; d’un côté était représenté la tête dun bouquetin sauvage et une flèche et de lautre côté, une abeille. Ce fut un grand centre religieux avec entre autres, un temple dédié à Apollon.

Tarra créa une alliance avec dautres anciennes citées de la côte sud, et exportant du bois vers lancienne Egypte, Mycènes, Knossos et Troie où il fut utilisé pour construire des palais et des bateaux.

La cité était particulièrement importante à lépoque romaine bien quelle fut détruite en 66 Apr. J.-C. quand le sud-ouest de la côte Crétoise se souleva de plus de 3 mètres, suite à un tremblement de terre.

Tarra se trouvait sur la route maritime reliant Rome à lEgypte et lEst et ceci favorisasa prospérité. Le déclin de la cité commença au 6ème siècle Apr. J.-C. quand lecommerce du blé entre lEgypte, Rome et Constantinople devint moins importantPendant cette période de prospérité les habitants de Tarra devinrent des armateurs –construisant leurs bateaux avec leur propre bois – et sengagèrent dans la piraterie.Ces activités prirent fin au 7ème siècle.Parmi les différentes raisons possibles du déclin de Tarra se trouvent les raids et les pillages des Arabes, un changement des routes maritimes et des séismes.

D’après la légende, le village tient son nom de la déesse romaine Roumilia vénérée en son temple durant l’Antiquité. Lorsque le christianisme sest répandu, une église a été construite sur le temple, l’église d’Agia Roumilia, dont le nom a été transformé avec le temps en Agia Roumeli.